Un coach vous accompagne Un coach à votre écoute Un coach qui respecte votre rythme Coqueli'Coach, la solution

"Il est temps de faire un petit break pour vous donner les raisons de ma passion pour le coquelicot.

 

J’aurais pu choisir la rose ou le lilas.  Pourquoi pas ?

 

Le coquelicot possède une série de qualités qui font de lui une fleur hors du commun.

Ce que j’aime par-dessus tout, c’est ce côté « ne me cueillez pas ».  Tout le monde sait qu’on ne fait jamais de bouquets avec des coquelicots, que ce soit pour les offrir ou les mettre dans un vase. Il s’épanouit là où il pousse, tel qu’il est sans qu’on essaie d’interférer. J’ai envie de dire que pour les gens, c’est un peu pareil. Si on cherche à les changer, les arracher de leur contexte, ils perdent leur saveur et se fanent…

 

Et puis, il y a ce côté capricieux sélectif : essayez de cultiver des coquelicots, les vrais ; vous aurez beaucoup de mal. Ils poussent là où ils le décident et ce n’est pas n’importe où : le long des routes, au détour d’un talus ou dans un champ à perte de vue, sur un chantier, dans la rocaille,… là où aucune autre fleur ne pousse, ils donnent tout leur éclat.  Ils défient les lois de l’impossible chaque jour et donnent un petit air de fête là où tout est triste.

 

J’adore sa robe rouge couleur de vie, de sang, d’amour. Le noir de sa corolle semble nous dire qu’il y a toujours un espoir puisque « la vie » l’entoure.

Les Anglais ont choisi cette fleur comme emblème en souvenir de la guerre :

les champs de bataille jonchés de morts semblaient refléter de petites taches de sang, petites taches de vie, cette vie qui ne s’éteindra jamais tout à fait dans les cœurs.

 

Les quatre pétales qui le composent nous rappellent les quatre éléments : la terre, le feu, l’air et l’eau, nécessaires pour créer l’harmonie. Ou pour nous porter chance, un peu comme le trèfle à quatre feuilles. 

 

Le coquelicot est un poème à lui tout seul.  Je ne me lasse pas de le regarder, depuis tant d’années. Il a encore tant de mystères ; je n’aurai pas assez d’une vie pour en découvrir toutes les facettes. 

 

Dernier détail qui a toute sa saveur : l’air chiffonné qu’il affiche fièrement nous rappelle qu’il n’est pas nécessaire d’être trop apprêté pour avoir du charme. Il suffit d’être soi-même."

 

Extrait du roman "Un coquelicot en hiver ? Pourquoi pas..." Betty Batoul, Chapitre 28

Saturday the 15th. Coqueli'Coach, à votre service..